Les constats :

Un secteur enclavé

Le secteur des Musiciens, composé de différents types d’habitations, se développe autour de rues et de généreux espaces verts, enclavés et peu mis en valeur.

L’ensemble fonctionne en vase clos : une seule entrée/sortie dessert le quartier. 
Les rues, souvent en impasse, participent de l’isolement de nombreux espaces verts. Le secteur est adossé à la voie ferrée, le coupant avec le quartier mitoyen ; cette barrière ferroviaire crée une sensation d’enfermement et un sentiment d’insécurité.

Le secteur est peu visible de l’extérieur, en raison d’une épaisse végétation masquant la vue dans ses pourtours, mais c’est un atout indiscutable pour la qualité de la vie de ses habitants.

La question des déplacements

La place du piéton pose question, avec de nombreux cheminements « sauvages » disséminés à travers les espaces publics. Un stationnement désordonné s’oppose à une bonne circulation interne.

Les équipements

Les équipements sont condensés entre la voie ferrée et la tour d’habitation Lecocq. Centres de vie du quartier et forces d’attraction importantes, ils sont toutefois peu visibles de l’extérieur et restent mal connectés aux rues adjacentes. Cette étude doit être l’occasion d’envisager une restructuration.

Les enjeux

Afin de répondre à ces problématiques, l’étude comportera donc deux volets. 

Le premier consistera à améliorer l’organisation des rues, notamment en créant de nouvelles connexions, en proposant des espaces piétons plus agréables, en réorganisant le stationnement et en atténuant la présence de la voiture par un accompagnement végétal.

Le deuxième s’attachera à restructurer les espaces publics et les espaces verts très présents et pourtant peu fréquentés.

Les habitants seront fortement associés afin d’envisager de nouveaux usages, de nouveaux accès, de nouvelles limites visuelles et physiques pour le quartier.