Valentine Guermonprez écrit au préfet

Le 6 février, Valentine Guermonprez, présidente des Veuves du Massacre, a écrit au maire d’Ascq pour lui demander que le nom d’Ascq ne soit pas effacé de la carte.
Forte du soutien de Jean Delattre, maire d’Ascq, et au nom des familles et victimes du Massacre de 1944, elle intervient le 10 février auprès du préfet pour avoir la certitude que le nom d’Ascq subsistera dans le nom de la nouvelle commune.

Lettre de Valentine Guermonprez au préfet, 10 février 1970, AMVA, 210W471
Lettre de Valentine Guermonprez au préfet, 10 février 1970, AMVA, 210W471 - partie 2

L’avis des Archives départementales du Nord

Afin d’aider les trois communes à statuer sur le nom de la nouvelle commune, le préfet sollicite l’avis du conservateur en chef des Archives départementales du Nord.
Le 11 février, celui-ci déclare que « le nom de Villeneuve [-en-Flandre] qui a été proposé semble être le meilleur parmi tous ceux qui pourraient être imaginés par sa clarté et sa simplicité ; de plus, il a l'avantage de ne pas encore être représenté dans le Nord où il n'y a que des Neuville ».
Il constate que, malgré l’ancienneté des trois communes, il est impossible de former le nouveau nom en conservant les trois noms. Selon lui, Villeneuve-lez-Lille « aurait mieux traduit une réalité contemporaine ». Mais, sensible à la légitime émotion des Ascquois, il propose que la nouvelle commune soit nommée Villeneuve-d’Ascq.
Il suggère de conserver les noms des communes fusionnées comme noms de quartier et de matérialiser leurs anciennes limites par des panneaux indicateurs.

Plus tard, lors des 20 ans de Villeneuve-d’Ascq, Pierre Defives, l’ancien adjoint au maire d’Annappes, affirmera que c’est lui qui a d’abord « lancé » le nom de Villeneuve-en-Flandre : « Villeneuve plutôt que Neuville, parce que je pensais que ça faisait beaucoup plus ville du sud, du soleil, de la chaleur » (La Voix du Nord, 19/03/1990).

Rapport des Archives départementales du Nord, 11 février 1970, AMVA, 210W471

 

Rapport des Archives départementales du Nord, 11 février 1970, AMVA, 210W471 partie 2

L’heure du choix

Le 13 février, le préfet communique aux maires d’Annappes, Ascq et Flers-lez-Lille les conclusions de l’archiviste départemental. Il les invite à statuer définitivement sur le projet de fusion, le choix du nom de la nouvelle commune et le siège de la mairie.
Ce sera l’objet des conseils municipaux du 20 février 1970.

Courrier du préfet au maire d’Annappes, AMVA, 13 février 1970, 210W471

Recherche documents d'archives

Les personnes possédant des documents sur cette période de création de la ville sont invitées à contacter les Archives municipales qui pourront numériser pour les conserver comme témoignages. Ils leur seront ensuite restitués – archives [arobase] villeneuvedascq [point] fr