Éparpillement mondial de la production de nourriture, crise sanitaire de la Covid, disparition des terres agricoles au cours du 20e siècle… Inquiets de ces menaces qui pèsent sur la sécurité alimentaire des habitants, les élus de Villeneuve d’Ascq ont développé, depuis de nombreuses années, le concept de « ville nature et nourricière ».

Le principe : s’appuyer sur une nature déjà très présente ici, pour à la fois sanctuariser les espaces agricoles et mettre en place, à destination des habitants, des lieux où il est possible, toute l’année, de glaner fruits et petits légumes ou des parcelles, pour cultiver soi-même de quoi se nourrir.

Et parce que cela ne suffit pas, la Ville a entrepris, grâce à ses quelque 400 hectares de terres agricoles publiques protégées de l’appétit des promoteurs immobiliers, de mettre en place un modèle innovant et performant d’agriculture urbaine au service des habitants. Priorité est donnée aux cultures bio, à la permaculture, au développement des circuits courts, ainsi qu’à la préservation et à la promotion des variétés régionales, grâce à des contrats passés entre la Ville et les agriculteurs. Avantage : ce qui est produit ici est proposé en priorité aux gens d’ici, ainsi que dans les écoles, les centres de loisirs… Un gage supplémentaire pour une alimentation saine, fraîche et locale et, du coup, moins d’émissions de CO 2 car moins de transports.

Cette ambition passe aussi par un soutien fort aux jardins familiaux. Plus de 400 parcelles sont aujourd’hui proposées aux Villeneuvois et de nouvelles voient le jour chaque année.

La « ville nature et nourricière » se construit aussi avec les Villeneuvois. Via les services municipaux, la Ville informe et accompagne tous ceux qui ont envie de se lancer. Elle finance également nombre d’initiatives locales qui visent à créer des jardins partagés, des potagers dans les écoles, les collectifs d’habitation, les quartiers… et les associations, comme les Incroyables comestibles, qui accompagnent les habitants dans la mise en place de ces projets.

Autre aspect, plus « technique » : une vigilance constante est portée aux projets d’urbanisme. Là encore, pas question de construire n’importe où, n’importe comment : plus que jamais, l’environnement et la biodiversité doivent être protégés. Une question de bon sens, à l’heure où le réchauffement climatique nous promet des températures en hausse constante… L’objectif est clair, sur une planète qui compte déjà plus de huit milliards d’habitants et où il faudra probablement produire partout pour éviter les famines : développer les circuits courts et de proximité pour un maximum de citoyens, en assurant les moyens de vivre à celles et ceux qui produisent… et tenter, à l’échelle locale, de minimiser les effets d’un changement climatique plus rapide que prévu sur les populations.

Villeneuve d’Ascq entend bien dans ce domaine rester plus que jamais pionnière et même devenir un exemple pour d’autres communes.

Découvrez dans le menu ci-dessous les axes de la ville nature et nourricière à Villeneuve d'Ascq.