Le 17 février, Serge Baesen, pour la cellule d’Ascq du Parti communiste français, s’adresse au conseil municipal pour dénoncer la mise devant le fait accompli de la population d’Ascq et les « procédés anti-démocratiques et autoritaires » employés pour imposer la fusion.

Il demande aux élus de revenir sur leur décision lors du conseil municipal du 20 février et il réclame une consultation électorale « après avoir informé clairement la population des conséquences positives et négatives qui en résultent »

Lettre de Serge Baesen du Parti communiste français, 17/02/1970, AMVA, 210W471
Lettre de Serge Baesen du Parti communiste français, 17/02/1970, AMVA, 210W471 deuxième partie

Réunion privée du conseil municipal de Flers-lez-Lille

Le même jour, le maire de Flers-lez-Lille, Jean Desmarets, réunit en privé  le conseil municipal « pour prendre quelques dispositions essentielles concernant le projet de fusion ». Le compte rendu de cette réunion est resté manuscrit.

L’essentiel de la discussion tourne autour du choix du nom de la nouvelle commune. Le maire refuse de débattre à nouveau sur le principe de la fusion, celle-ci ayant été adoptée lors du conseil municipal du 6 février.

Jean Desmarets lit les préconisations des Archives départementales sur le nom. Plusieurs conseillers municipaux, « sans minimiser les souffrances subies par les massacrés et leurs familles », regrettent le choix du nom Villeneuve-d’Ascq. Ils se font l’écho de d’une grande partie de la population, mécontente de ce choix, alors que Villeneuve-en-Flandre avait reçu l’approbation.

Finalement, les élus votent à bulletin secret at adoptent le nom Villeneuve-d’Ascq par 12 voix contre 6.

Les élus d’Annappes se sont aussi rangés à ce choix. Du côté des élus, tout est prêt pour le conseil municipal du 20 février.

Extrait du compte rendu du conseil municipal privé de Flers-lez-Lille, 17 février 1970, AMVA, 210W471

Recherche documents d'archives

Les personnes possédant des documents sur cette période de création de la ville sont invitées à contacter les Archives municipales qui pourront numériser pour les conserver comme témoignages. Ils leur seront ensuite restitués – archives [arobase] villeneuvedascq [point] fr