La préservation des terres agricoles, pour 250 ha d’entre elles, décidée par la ville et ensuite imposée par les cahiers d’aménagements métropolitains (Scot, Plu), a favorisé une réappropriation de l’espace public, y compris par les habitants, via l’utilisation optimisée d’espaces délaissés (dents creuses, pieds d’immeubles…).
La Ville participe en plantant par exemple des vergers urbains, où la population peut glaner fruits et baies.

Emplacement de ces espaces de glanage

19 sites recensés actuellement (certains ne donneront des fruits qu’à partir de l’année prochaine)

  • parc Asnapio : noisettes, cassis et aronie, groseilles, mûres, framboises, myrtilles
  • avenue de Paris : châtaignes
  • rue du Rondeloir : framboises et myrtilles
  • chemin du flot : groseilles et myrtilles
  • cimetière d’Ascq : groseilles et myrtilles, pommes
  • rue des Récoltes : pommes et prunes
  • Promenade Urbaine : pommes, cerises, poires, groseilles et framboises bois
  • bois Lepers : noix, poires, pommes, groseilles, framboises et myrtilles
  • Haute-Borne : pommes, cerises, poires, groseilles et framboises, châtaignes
  • rue Mangin : pommes
  • rue Jean-Delattre : aronies, groseilles
  • rond-point du Héron : mirabelles
  • parc Decugis : pommes, poires, groseilles
  • square Ventor : pommes, poires, groseilles, framboises
  • allée Chantecler : cassis, groseilles
  • anneau Colette-Besson : pommes, poires, mirabelles, cerises, figues
  • rue Breughel : pommes, framboises, groseilles
  • rue du Barreau : groseilles, cassis

Les pommiers et les poiriers sont toutes des espèces régionales.