Aujourd'hui
17°C
Ciel dégagé

Ordre du jour commun : la fusion

Les conseils municipaux d’Annappes, Ascq et Flers-lez-Lille se réunissent le vendredi 20 février pour statuer en même temps sur la fusion.
Ils doivent d’abord se prononcer sur la fusion des trois communes dans les conditions prévues à l'article 10, paragraphe 2 du code municipal.
En vertu de ce texte, la nouvelle commune sera administrée jusqu'au prochain renouvellement par un conseil où entrera une partie des membres des anciennes assemblées, le nombre des conseillers provenant de chacun des anciens conseils étant proportionnel au chiffre des électeurs inscrits suivant la règle du plus fort reste. Ce conseil administrera la nouvelle commune jusqu’aux élections municipales des 14 et 21 mars 1971.
Ensuite, les conseils municipaux auront à choisir le nom de la nouvelle commune.

Annappes

À Annappes, la séance s’ouvre à 20h30 avec dix conseillers municipaux présents et sans le maire Jean Lecoutre, ni Michel Dupriez, Marcel Marchand et Jean Nicomette, démissionnaires. Aussi la présidence de la séance est-elle assurée par Gilbert Chauwin.
Sont présents : Bernard Avez, Gilbert Chauwin, Pierre Defives, Michel Florent, Emmanuel Hardeman, André Hochart, Joël Montury, Jean Obled, Michel Polet, Joseph Ramecourt.
Le conseil municipal confirme son accord à la fusion, choisit le nom de Villeneuve-d’Ascq pour la nouvelle commune et fixe le chef-lieu de Villeneuve-d’Ascq en l’ancien hôtel de ville d’Annappes.

Délibération du conseil municipal d’Annappes, AMVA, 210W471

Le conseil municipal traite après cela les autres points à l’ordre du jour : adoption du budget primitif 1970, subventions aux sociétés locales, dissolution du syndicat de la Marque.
Les conseillers municipaux demandent ensuite à la presse de faire paraître un communiqué pour expliquer à la population que la fusion des trois communes a été « un choix conscient et réfléchi ».

Communiqué des conseillers municipaux d’Annappes adopté le 20 février 1970, AMVA, 210W471

 

Ascq

À Ascq, le maire Jean Delattre ouvre à 20h30 la séance où tous les conseillers municipaux, sauf Aimé Fourmestraux, excusé, sont présents.
Il donne lecture des lettres de la cellule d’Ascq du Parti communiste du 17 février  et des citoyens d’Ascq du 19 février.
Puis, il introduit le premier point à l’ordre du jour :
 « L’ordre du jour si vous voulez bien commencera d’abord par ce qui intéresse la fusion des 3 communes.
J’estime que les informations qui ont été données aux réunions antérieures et lors de celle de mercredi soir [à la mairie d’Ascq] ont été suffisamment claires pour nous éviter de rediscuter à nouveau ; nous ne pouvons vous donner que les informations que nous connaissons et je crois que c’est cela qui a été fait.
Donc il nous est demandé de soir de donner notre accord sur l’application du 2e paragraphe de l’article 10 du code municipal qui reprend ceci.
Les conseillers restant en exercice sont : le maire, les adjoints et les conseillers dans l’ordre du tableau, le nombre de conseillers prévus pour Ascq étant de 5.
M Delattre, Maître Delommez, M Fourmestraux, M. Deconninck et Sion sont de plein droit désignés, à moins qu’il y ait démission de leur part. »
Puis, le conseil confirme son accord à la fusion, décide que la nouvelle commune sera dénommée Villeneuve-d’Ascq et fixe son chef-lieu à l’ancien hôtel de ville d’Annappes.

Délibération du conseil municipal d’Ascq, AMVA, 210W471

Denis Blanchatte intervient alors pour demander au maire « de bien vouloir organiser plusieurs réunions d’information pour la population qui est ainsi invitée à déposer ses questions écrites en mairie, questions et réponses devant être consignées sous forme d’un bulletin municipal distribué à tous. M. le Maire répond qu’il a toujours accueilli tout le monde à la mairie et que rien n’était changé et accepte la formule préconisée. »

Comme pour un conseil municipal ordinaire, l’assemblée passe à la suite de l’ordre du jour qui comprend une vingtaine de points dont la préparation du budget primitif 1970, l’installation du chauffage central au mazout à la mairie, la mise en place de cabines téléphoniques dans la commune ou encore la dissolution du syndicat de la Marque.

 

 

Flers-lez-Lille

Le conseil municipal présidé par le maire Jean Desmarets se réunit à 20 h à la mairie au Bourg.
Sont présents : MM. Horent, Hullot, Mme Lefebvre, MM. Vandermarlière, Baratte, Bayart, Lecocq, Rosticher, Savary, Ménart, Boutry, Masqueliez, Melle Delcour, M. Mourant, Mme Duquennoy, MM. Dubout, Vigourel, Dehaene, Beckaert, Picavet.
Quatre points sont à l’ordre du jour : étude budgétaire 1970, dénomination de la nouvelle ville, création d’une aire sportive sur l’ancien fort de Babylone et questions diverses.
Avant les délibérations, le maire s’adresse aux conseillers municipaux pour leur redire que la décision de fusion nécessitait « une action rapide et discrète, pour ne pas nous laisser dépasser par les évènements ». La crainte était en effet  « d'intégrer purement et simplement, cette Ville nouvelle au Grand-Lille, où nous aurions été, nous, population ancienne, les parents pauvres de la Grande Capitale du Nord. » Il met en avant tous les «  avantages sérieux que nous pourrons apprécier d'ici quelques années, quand les installations de la nouvelle Ville Est seront en fonctionnement ». Il conclut en assurant « que l'intérêt public seul est en cause et que seule la nécessité d'assurer l'épanouissement de la Ville de Flers et des familles flersoises a guidé notre action. »

Extrait du discours de Jean Desmarets, AMVA, 210W471

 

Le nom de Villeneuve-d’Ascq pour la nouvelle commune est adopté par 11 voix pour, 8 contre, 1 abstention, 1 bulletin nul.

Délibération du conseil municipal de Flers-lez-Lille, AMVA, 210W471

 

Premier conseil municipal de Villeneuve-d’Ascq

La séance d’installation du conseil municipal de Villeneuve-d’Ascq peut dès lors avoir lieu le samedi 7 mars à la mairie de Villeneuve-d’Ascq. Toutes les modalités ont en effet déjà été consignées dans le protocole d’accord du 1er février.
Le maire de Flers-lez-Lille, Jean Desmarets, en informe les conseillers municipaux dès le 21 février, au lendemain du conseil qui a approuvé la fusion.

Information des élus flersois, AMVA, 2010W471

Recherche documents d'archives

Les personnes possédant des documents sur cette période de création de la ville sont invitées à contacter les Archives municipales qui pourront numériser pour les conserver comme témoignages. Ils leur seront ensuite restitués – archives [arobase] villeneuvedascq [point] fr